1/5

Henri Ughetto

5 sept au 13 octobre 2007

Galerie Souchaud 25 rue Burdeau 69001 Lyon


Du vivant et du survivant

Il y a assurément un objet commun entre ces deux artistes, entre leurs êtres au monde et entre leurs propos plastiques.
Le livre-entretien qu’ils ont fait ensemble est le fruit d’une connivence de fond, un long questionnement réciproque sur cet objet commun et sur leurs façons respectives de l’aborder.

La question centrale pour tous deux est celle de l’inscription corporelle, de sa genèse, de sa dégradation ; celle de la vie et de la mort, de l’organique et de l’inorganique, du temporel et de l’éternel, du biologique et de l’ontologique.

Mais pour aborder cette même croisée du Sens, les trajectoires semblent être symétriquement opposées : Henri Ughetto part de formes organisées qu’il désorganise pour leur conférer une sorte d’immuabilité ou d’immortalité, alors que Guillaume Treppoz utilise la matière magmatique pour en faire surgir de la cohérence vitale, du sens, ou de l’Être organisé.

La vie et la survie, quelle différence ?

Pierre Souchaud

Partenaires :

drapeau senegal
drapeau senegal